Le télétravail

50% des aquitains actifs passent plus de un mois et demi dans leur voiture par an.

Ce n’est pas du temps productif, ni du temps de détente. C’est du temps perdu, de l’argent perdu, et de la pollution et du stress supplémentaires.

Une solution ? Le télétravail.

Pour exister, ce mode de fonctionnement nouveau doit se baser sur trois piliers :

  1. la confiance. Le télétravailleur doit faire confiance à son équipe pour lui transmettre les informations, et l’équipe doit savoir que le télétravailleur travaille, et n’en profite pas pour prendre des vacances supplémentaires.
  2. la responsabilité. Le télétravailleur doit être autonome, aussi bien dans la gestion de son emploi du temps que dans le respect travail /vie privée. Pas de courses en milieu de journée, pas de travail pendant le diner.
  3. la communication. S’envoyer des mails ne suffit pas. Le télétravailleur est joignable et communique régulièrement avec son équipe et son chef.

Les difficultés principales?

  1. le management intermédiaire doit prendre en compte les nouvelles règles du jeu. Ce n’est plus possible de surveiller les horaires. Il faut trouver une autre façon d’encadrer. Une réunion hebdomadaire avec l’ensemble des acteurs est une bonne solution.
  2. la technique. Le téléphone et les communications doivent être au niveau. Communication sécurisée et transfert d’appels doivent être intégré par tous les acteurs, DSI et standard en premier. Le partage d’écran évite le transfert intensif de gros fichiers.
  3. le financement. Mettre en place les mesures d’accompagnement du management intermédiaire a un cout. La mise en place des solutions techniques également. Pour cela, la région Aquitaine finance à hauteur de 50% les investissements, avec un plafond de 40k€.

Le management intermédiaire n’a pas un rôle facile à jouer.  En contact direct avec la production, il doit également rendre des comptes à sa hiérarchie, qui elle n’est que peu en contact avec le terrain. C’est pourquoi un accompagnement personnalisé peut souvent permettre de faciliter les changements. Et si c’était par la marche?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *