Warning: Trying to access array offset on value of type bool in /homepages/1/d381725306/htdocs/wordpress-NI/wp-content/themes/responsive-mobile/includes/functions-extentions.php on line 29

Warning: Trying to access array offset on value of type bool in /homepages/1/d381725306/htdocs/wordpress-NI/wp-content/themes/responsive-mobile/includes/functions-extentions.php on line 35

Nouvelle Impulsion dans le journal Sud Ouest

La librairie Psy’k & Déclik, qui accueille les conférences de Nouvelle Impulsion! est mise à l’honneur dans le journal Sud Ouest.

nouvelle impulsion dans le journal Sud ouest

Le libraire en profite pour rappeler que les conférences sur le développement personnel ont lieu très régulièrement, même si la fréquence a un peu changé.

Pas de conférences pendant l’été, mais rendez vous à la rentrée! Vous pourrez suivre toutes les dates sur le petit calendrier dans la colonne de droite.

La page du journal.

Et si demain je connaissais mes croyances?

On imagine :et si demain je connaissais mes croyances? Que se passerait-il? Imaginons ensemble!

Nos croyances sont un ensemble d’idées qui vont modifier nos comportements, alors même qu’il n’y a aucune vraie raison derrière cette modification.

Un exemple:

singe-bananes-escabeauUne expérience a été menée avec des singes dans une pièce fermée. Au milieu de cette pièce, un escabeau, en haut de l’escabeau un régime de bananes. Les singes auront donc naturellement tendance à grimper sur l’escabeau pour récupérer les bananes et les manger.

L’expérience était que à chaque fois qu’un singe montait sur l’escabeau, la pièce toute entière prenne une douche d’eau froide, les singes avec. Ceci n’est bien évidemment pas du gout des singes. Au bout d’un petit nombre de fois, les singes vont commencer à battre celui qui aura eu l’audace de monter sur l’escabeau. Rien que de bien logique pour l’instant.

Dans la suite de l’expérience, les singes vont être remplacés un par un. Et chaque nouveau singe essayera de monter sur l’escabeau, et chaque nouveau prendra une volée de coups. Au bout d’un certain temps, la violence s’exercera dès l’entrée du nouveau, même sans tentative de grimper sur l’escabeau. Et le niveau de violence à chaque entrée augmentera. Et ceci même si tous les singes ont été remplacés!

Et c’est là où l’on voit le pouvoir des croyances. Plus aucun singe n’a été soumis à la douche froide, plus aucun singe ne sait l’origine de la violence envers les nouveaux. Mais pourtant, la violence continue…

Même si nous ne sommes pas des singes, nos croyances nous façonnent. Au hasard:

  • si j’arrête de fumer, je vais grossir
  • si je dis non, les gens ne m’aimeront plus
  • j’ai besoin d’être riche pour être heureux
  • autre variation: si je gagne juste 300€ de plus, je serai heureux

Et vous? Quelles sont vos croyances?

Croyez vous qu’il est impossible de marcher sur l’eau?

Et si demain on arrêtait la voiture?

On imagine : et si demain on arrêtait la voiture? Que se passerait-il? Imaginons ensemble!

Hier, j’habitais loin de mon travail.

Je devais prendre ma voiture, attendre dans les embouteillages pendant 2 heures chaque jour (1h aller, 1h retour), passer encore 20 minutes à me garer (si j’ai un parking devant chez moi, sinon c’est 40 minutes). Et oui, à Paris, un tiers des automobilistes en train de conduire cherchent une place! Cela génère du trafic supplémentaire, donc des embouteillages, de la pollution, des taux élevés de particules fines, de énervement supplémentaires dont personne n’a besoin… En une heure de route, on peut facilement se faire faire une queue de poisson, doubler par un scooter qu’on avait pas vu par la droite, louper sa sortie parce que dans la file de droite personne ne veut me laisser passer…  Forcément, le stress augmente!

Sans compter les couts: le prix d’achat de la voiture, l’assurance, le carburant, les réparations de la voiture, le rétroviseur qu’un vandale a arraché…

Sur la base d’un parcours annuel moyen de 12 800 km, le prix de revient annuel d’une voiture en 2012 est de 4 350 €. (pièces et accessoires 920 €, péages et
stationnement 150 €, carburants et lubrifiants 1 370 € ,  entretien et
réparations 600 €,  assurance 190 € ).

Plus les accidents de la route! 3 645 personnes ont été tuées sur les routes en 2012. Et 40 fois plus de blessés…

D’un autre coté, imaginons la vie sans voiture.

Et si demain on arrêtait la voiture?

Plus de problème de parking. On retrouve toujours son vélo, il est en bas de chez soi. Un parking où on pouvait mettre une seule voiture peut contenir quelques 8 vélos! Plus de peur de s’être fait vandaliser son vélo, et même au cas où, les réparations ne couteraient que trois fois rien, du fait de l’abondance des pièces de rechange et de la possibilité de le faire seul.Sur la route, plus de peur de se faire écraser ou polluer, il n’y a que des vélos! Plus non plus de feux rouges, de stops ou de sens interdits!

De plus, les impôts locaux vont diminuer, car les voitures abiment beaucoup plus vite le revêtement de la chaussée.

Fini une grande partie des problèmes de santé. Finis les maux de dos (le vélo muscle aussi le dos!). Finis les problèmes cardio-vasculaires. Finie la surcharge pondérale.

Comment pourra-t-on faire face aux inconvénients?

Pour aller faire les courses? Vu qu’il n’y a plus de voitures, les commerces de proximité vont revivre. Les agriculteurs et/ou transports livreront directement au pied des habitations. Cela permettra de manger des produits locaux, de saisons, donc moins chers.

Quand il pleut, on est mouillé! Bah oui. Ça, c’est sur. Mais on peut largement installer un parapluie sur son vélo, ou porter une cape de pluie… Ou on peut aussi se changer en arrivant.

Et si demain on arrêtait la voiture? Ça changerait quoi pour vous?

Et si demain je savais décrire mes émotions?

décrire mes émotionsOn imagine : et si demain je savais parfaitement décrire mes émotions ? Que se passerait-il? Imaginons ensemble!

Je me lèverai le matin, j’ouvrirai ma fenêtre, je respirerai le grand air. Mon corps se réveillera, l’oxygène affluera dans mon cerveau, je serai content d’être en vie, ce jour encore. Je le partagerai avec mon conjoint. Ce partage renforcera notre connexion émotionnelle, et par le système des vases communicants, mon conjoint se sentira également heureux.

Je prendrai ma voiture. Je me ferais coincer dans les embouteillages, je perdrai 20 minutes, comme à chaque trajet. Cela m’énervera, je me sentirai impuissant, mais pas résigné. Je serai furieux contre moi-même d’avoir trainé 5 minutes au lit, ce qui me fait arriver en même temps que tout le monde. Je prendrai conscience de cet état. Je me dirai qu’il faut que je trouve une solution pour ne pas y passer autant de temps. A l’occasion d’un arrêt, je noterai dans mon petit carnet les émotions qui me viendront, et les solutions que je trouverai pour y remédier: acheter un scooter, mettre mon réveil 10 minutes plus tôt, proposer à mon patron que je télé-travaille…

Et si demain je savais parfaitement décrire mes émotions? J’arriverai au travail. J’aurai oublié ma colère. Je me concentrerai sur mes défis du jour, cela m’inspirera et me donnera confiance. Je ferai le tour des collègues proches de mon bureau. Mon état d’esprit positif et constructif rejaillira inconsciemment sur eux. J’améliorerai également leur journée. Je parlerai à mon patron du télétravail, il sera étonné, c’est la première fois qu’on lui en parlera. Il regardera avec la RH, et m’en reparlera en fin de semaine.

Ma journée se terminera, je serai fourbu, éreinté, mais pourtant fier de moi. J’aurai dépassé mes objectifs. Je raccrocherai au porte manteau mes états d’esprits négatifs, mais j’emmènerai à la maison mes succès.

Et si demain je savais parfaitement décrire mes émotions? Je foncerai à mon sport préféré. Je serai impressionné lorsque je ferai face à un adversaire plus habile et rapide que moi, et malgré ma volonté de vaincre, je reconnaitrai ma défaite. L’amertume sera vite remplacée par l’épuisement physique et intellectuel de celui qui se donne à fond! La sérénité m’envahira. J’aurai tout donné, j’en serai fier!

En arrivant chez moi, je reprendrai mon petit carnet. Je regarderai mes notes de la journée, et je me souviendrai des bonnes émotions qui m’ont traversées aujourd’hui. Le sourire me montera aux lèvres. Bonne journée aujourd’hui!

Et si demain deviendra alors et lorsque demain!

Et vous, si demain vous pouviez vous dire «je sais bien décrire mes émotions», qu’est ce que cela changerait dans votre vie?

 

Et si demain je sortais de ma zone de confort?

On imagine :et si demain je sortais de ma zone de confort? Que se passerait-il? Imaginons ensemble!

Je me lèverai le matin. D’habitude je me traine jusqu’à mon café, la tête dans le brouillard. Demain, je déciderai d’ouvrir la fenêtre pour aérer ma chambre, et je ferai quelques étirements souples pour préparer mes articulations à ma journée. Ces étirements augmenteront la circulation du sang, oxygèneront mon cerveau. Je me sentirai prêt!

Et si demain je sortais de ma zone de confort?D’habitude, je dis juste «Bonjour, merci, au revoir» à la boulangère. Demain, je lui ferai  remarquer qu’elle a changé de coupe de cheveux. Elle sera très fière que quelqu’un fasse attention à elle au point de le remarquer. Elle me gratifiera d’un grand sourire.

D’habitude, je vais directement de ma voiture à mon poste de travail. Demain, je prendrai le temps de saluer les gens avec qui je travaille, et j’échangerai quelques mots avec eux: le temps qu’il fait, les embouteillages… La journée commencera sur une bonne note, en douceur, les documents que j’attends depuis 3 jours arriveront comme par magie sur mon bureau deux heures après.

Et si demain je sortais de ma zone de confort? D’habitude, je rentre chez moi et je passe ma soirée à regarder la télé. Demain, je m’inscrirai sur un site de sorties, et j’irai assister à un concours d’épépineur de groseille à la plume d’oie, ou bien une conférence sur la gestion des émotions, ou bien participer à un entrainement trail de nuit! Je rencontrerai plein de gens passionnés qui m’apprendront énormément de choses. Je prendrai le temps de leur poser des questions, et ils seront très heureux de me répondre!

D’habitude, je me couche encore énervé de ma journée. Demain je prendrai quelques minutes de relaxation pour moi: prière, méditation, détente afin d’apaiser mes angoisses et mes colères. Et je dormirai bien mieux!

Et si demain deviendra alors et lorsque demain!

Et vous, si demain vous sortiez de votre zone de confort, qu’est ce que cela changerait dans votre vie?